La musique russe en exil

Publié dans Conférences lettres & arts

Illustration de Léon Bakst pour la couverture de la revue Comoedia annonçant la première saison des Ballets russes à Paris en 1909.

Réservation

Concert-commenté conçu et présenté par Benoît Duteurtre

Alexandre Glazounov (1865-1936)

  • Sérénade espagnole pour violoncelle et piano 

Sergueï Rachmaninov (1873-1943)

  • Suite n°1 Fantaisie-tableaux pour deux pianos opus 5
    • La nuit, l’amour 

Alexandre Scriabine (1872-1915)

  • Mazurka n° 5 pour piano* opus 25

Igor Stravinski (1882-1971)

  • Le Sacre du printemps 
    • L’adoration de la terre pour piano à quatre mains 
  • Concerto pour deux pianos
    • Quatre variations 

Sergueï Prokofiev (1891-1953)

  • Sonate pour violon et piano* n°1 en fa mineur opus 80 
  • Sonate n°3 pour piano 
    • Finale

Alexandre Tcherepnine (1899-1977)

  • Sonate en ré pour violoncelle et piano n°1 opus 29
    • 1er mouvement

Igor Stravinski

  • Histoire du soldat suite pour violon, clarinette et piano* 
    • mouvement 1
    • mouvement 2
    • mouvement 3

Sergueï Rachmaninov

  • Suite n°1 pour deux pianos
    • Pâques

ainsi que la diffusion de documents sonores et audiovisuels

Interprètes

David Petrlik violon

Elia Cohen Weissert violoncelle

Amaury Viduvier clarinette

Ismaël Margain, Guillaume Bellom* piano

Biographies

AmauryViduvierx300 SebastienTabarinAmaury Viduvier clarinette

Issu d’une famille d’artistes, Amaury fait ses premiers pas de clarinettiste à l’âge de huit ans. Porté par un père clarinettiste, c’est alors une révélation. Les choses s’enchaînent rapidement pour ce brillant jeune élève qui remporte son premier concours à l’âge de douze ans et d’autres ne tarderont pas à suivre (Bellan, UFAM…). C’est ainsi qu’il reçoit le 1er Grand prix du Concours européen de musique en Picardie en 2008.

Après de brillantes études au CRR de Paris dans la classe de Richard Vieille et Franck Amet où il obtiendra un premier prix de perfectionnement, Amaury est reçu premier nommé en 2010 au CNSM de Paris dans la classe de Pascal Moragues et Jean-François Verdier.

Les succès s’enchaînent pour Amaury qui remporte en 2012 le Concours Yamaha Young Foundation of Europe, en 2014 le 2e prix du Concours Debussy et en 2018 le Premier Grand prix du Concours international de musique de Berlin. En 2015, il est Révélation classique de l’Adami.

Il est invité à la Philharmonie de Berlin, au Théâtre des Champs-Élysées, aux Chorégies d’Orange, au Théâtre des Bouffes du Nord, à la Salle Cortot, aux Flâneries musicales de Reims, au Festival de Davos, CASS de Londres, au Festival de Pâques et l’Août musical de Deauville, au Festival de Pont-Croix, au Festival Pablo Casals, Septembre musical de l’Orne, Festival Debussy, Escapades musicales du Bassin d’Arcachon, ou encore au Festival de la Vézère ; il s’y produit aux côtés d’artistes renommés tels Antoine Tamestit, Renaud Capuçon, Nicholas Angelich, Amaury Coeytaux, François Salque, Lise Berthaud, Guillaume Vincent, Adrien La Marca, Jérôme Ducros, Quatuor Hermès, Quatuor Modigliani, Quatuor Girard, Jonas Vitaud, Pierre Fouchenneret, Ismaël Margain, Adrien Boisseau… Il est également l’invité régulier d’émissions sur France Musique.

La musique de chambre tenant une grande place dans sa vie d’artiste, Amaury fonde en 2014 l’Ensemble Ouranos avec lequel il remporte le 1er prix du Concours international de musique de chambre de Lyon en 2017 et le Premier prix au Concours international Carl Nielsen en 2019. L’ensemble a enregistré deux disques pour le label NomadMusic.

Amaury Viduvier est artiste-associé de la Fondation Singer-Polignac au sein de l’Ensemble Ouranos.

Photo : © Sébastien Tabarin


 David Petrlik Photo 5x600David Petrlik violon

En 2015, David obtient son master au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse (CNSM) de Paris avec les félicitations et poursuit sa formation dans le cycle d’excellence « Konzertexamen » à l’université des Arts de Essen. La même année, il participe à la Seiji Osawa International Music Academy de quatuor à cordes en Suisse, où il côtoie et joue avec des musiciens tels que Pamela Franck, Nobuko Imaï, Sadao Harada et Seiji Ozawa, son fondateur.

L’année 2016 est une étape importante dans sa jeune carrière : David est sélectionné par Gidon Kremer pour participer au programme « Chamber music connects the world » et joue avec Steven Isserlis, Christian Tetzlaff et Gidon Kremer.

Parallèlement à ses études, David remporte des premiers prix aux concours internationaux Kocian (Répuplique Tchèque), Flame (Paris), il est lauréat du concours Jasha Heifetz (Lituanie), Ginette Neveu (France), avec, à deux reprises, le prix du public, ainsi que du concours Lipizer (Italie), où il obtient le prix spécial pour la pièce virtuose. En 2017, David est lauréat du concours Felix Mendelssohn à Berlin et du prix « André Hoffmann » pour la meilleure interprétation de la pièce de M. Toshio Hosokawa avec Alexandre Kantorow au festival Les Sommets Musicaux de Gstaad. David est aussi le lauréat de la Fondation Safran, de l’Adami et de la bourse Huguet-Bourgeois de la Fondation de France. Il vient récemment d’être nommé « Génération Spedidam ».

Ces différentes distinctions lui permettent de se produire lors de récitals dans plusieurs pays européens et en tant que soliste avec le Prague Radio Symphony Orchestra, le Kremerata Baltica, l’orchestre philarmonique classique de Bonn, le Staatorchester Rheinische Philharmonie, le Mannheim Chamber Orchestra, l’orchestre d’Auvergne, le Moravian Philharmonic Orchestra Olomouc, l’orchestre philarmonique de Pardubice, l’orchestre philarmonique du Maroc, le Kaunas City Symphony Orchestra, l’orchestre lyrique du théâtre d’Avignon et l’orchestre de Caen… David s’est produit en tant que concertiste dans les plus prestigieuses salles de concerts et festivals comme la Grande Salle Pierre Boulez de la Philharmonie de Paris, l’Auditorium du Louvre à Paris, l’Auditorium de La Seine Musicale à Paris, le Victoria Hall à Genève, le Smetana Hall à Prague, la Fondation Louis Vuitton à Paris, le National Philarmonic Hall à Vilnius, le Peterhouse Theatre à Cambridge, le Beethoven Hall à Bonn, lefFestival de la Roque d’Anthéron, le Bratislava Music Festival, le festival de Pâques et l’Août musical de Deauville, le festival de la Chaise-Dieu, le Ffestival Printemps des Alizé et le festival du Périgord Noir.

Ayant à cœur un désir de qualité et d’expressivité il suit les conseils avisés de Vadim Repin, Léonidas Kavakos, Pinchas Zukerman, Vadim Gluzman, le trio Wanderer et Christian Ivaldi à l’occasion de différentes masterclasses.

Il a joué également en musique de chambre avec des musiciens tels que Nicholas Angelich, Gidon Kremer, Philippe Jaroussky, Steven Isserlis, Christian Tetzlaff, Karine Deshayes, Jean-Frédéric Neuburger, Itamar Golan, Marc Coppey, Claire Désert, Eric Le Sage, Boris Garlitsky, Emmanuel Strosser, François Salque, Jonas Vitaud, Raphaël Sévère, Amaury Coeytaux, Guillaume Bellom, Vassily Sinaïsky, Laurent Martin and Thomas Hoppe… 

En 2016, David reçoit le prix André Boisseaux qui lui permet d’enregistrer son premier disque avec Itamar Golan au piano, ce disque paraîtra au Label Soupir en septembre 2017 avec un programme de musique française composé de C. Debussy, O. Messiaen, P. Boulez et M. Ravel.

David est également le violoniste du Trio Messiaen, aux côtés de Volodia van Keulen et Théo Fouchenneret. Le trio a remporté en 2018 le 1er Prix du Concours international de musique de chambre de Lyon, ainsi que cinq prix spéciaux, permettant aux jeunes musiciens d’enregistrer un disque consacré au Quatuor pour la fin du temps d’Olivier Messiaen et aux Court Studies from the Tempest de Thomas Adès, paru en 2018 pour le label Mirare.

David est en résidence à la fondation allemande Villa Musica Rheinland-Pfalz qui lui prête l’instrument qu’il joue actuellement : un violon de Petrus Guarnerius de 1702 ex Schubert.

Il est en résidence à la Fondation Singer-Polignac avec le Trio Messiaen.


EliaCohenx300 Elia Cohen Weissert violoncelle

En 2019, Elia a remporté le premier prix du prestigieux concours international „Guilhermina Suggia“ à Porto et en 2016 le deuxième prix du concours Antonio Janigro à Zagreb.
Récemment, Elia a remporté le prix Promusicis tant que chanteuse ainsi que violoncelliste aux côtés de son pianiste collaborateur, Josquin Otal.
En tant que soliste, Elia a eu le plaisir de se produire avec des orchestres renommés tels que l‘Orchestre symphonique de Jérusalem, l’Orchestre philharmonique d’Israël, l’Orchestre de la radio et de la télévision croate, l’Orchestre national de Belgique, l’Orchestre de chambre de Wallonie, l’Orchestre philharmonique de la République tchèque du Nord, l’orchestre symphonique de Flandre, l’Orchestre symphonique de porto etc, sous la direction des grands chefs tels que Christian Zacharias et Frank Braley...Elia a également donné des récitals et des concerts de musique de chambre dans de grandes salles telles que la Philharmonie de Paris, Salle Cortot, la Philharmonie de Berlin, la salle Smetana à Prague, Flagey et Bozar à Bruxelles, salle du conservatoire de Bruxelles, Théâtre de Jérusalem, auditorium Charles Bronfman à Tel aviv, salle Lisinski à Zagreb, Casa da Musica à Porto… ainsi que des festivals de musique renommés tels que le Festival de Verbier, le festival de violoncelle de Kronberg, le Festival de Salon de Provence, le Printemps du violon et le Festival Chopin à Paris. Elle a eu le plaisir de collaborer avec de merveilleux musiciens tels que Maxime Vengerov, Paul Meyer, Éric Lesage, quatuor Modigliani, Philippe Griffin et Miguel da Silva entre autres.
En 2016, Elia a terminé ses études de Bachelor dans la classe du Prof. Jens Peter Maintz à la l’université des arts de Berlin (UDK) et en 2019 elle a reçu son diplôme d’artiste de La Chapelle Musicale Reine Elisabeth, où elle a étudié avec Gary Hoffman. Elia étudie avec Marc Coppey au CNSM de Paris depuis octobre 2020.
Après avoir découvert sa voix et sa passion pour l’opéra lors d’un cours de chant facultatif pendant ses études de violoncelle, Elia a commencé un Bachelor en chant lyrique au conservatoire Royal de Bruxelles en 2018. En juillet 2020, elle remporte le Grand Prix de l’académie vocale Lotte Lehman à Perleberg :
Sa voix est si exceptionnelle qu’elle a convaincu non seulement le jury, mais aussi le public peut sentir qu’il vient de vivre une performance extraordinaire : avec l’aria „Quel guardo“ du Don Pasquale de Donizetti, Elia fait preuve d’une présence scénique dont Racitti fait l’éloge. Elle est la lauréate de la semaine Lotte Lehman de cette année. Hanno Taufenbach, Lokales aus der Prignitz
Elle étudie actuellement le chant avec Stéphanie d’Oustrac et Malcolm Walker à Paris, ainsi qu’avec Janet Williams à Berlin. En avril 2022 elle commencera un master en chant lyrique a l’Hochschule für Musik à Rostock dans la classe de Fionnuala McCarthy. Ses futures performances incluent un récital à la Salle Cortot à Paris ainsi qu’une production de Carmen de Georges Bizet dans le rôle de Michaela dans le festival Éole en musique à Nantes.
Elia joue un violoncelle fabriqué par Jean-Baptiste Vuillaum en 1833, prêté par Michael Gutman.

Elia a été en résidence à la Fondation Singer-Polignac au sein du Quatuor Mona.


GB JB Millotx600Guillaume Bellom piano

Guillaume Bellom a l’un des parcours les plus atypiques de sa génération, menant des études de violon parallèlement au piano, depuis le conservatoire de Besançon jusqu’au CNSM de Paris. C’est au contact de personnalités musicales marquantes, telles que Nicholas Angelich et Hortense Cartier-Bresson, qu’il développe pleinement son activité de pianiste.

Finaliste et prix “Modern Times” de la meilleure interprétation de la pièce contemporaine lors du concours Clara Haskil en 2015, il se révèle lors de cet événement dédié à la pianiste roumaine, elle-même violoniste à ses heures. La même année, il remporte le premier prix du concours international d’Épinal et devient lauréat de la fondation L’Or du Rhin, avant de remporter le prix Thierry Scherz des Sommets Musicaux de Gstaad l’année suivante. Le grand public le découvre lors des Victoires de la Musique 2017, où il est nommé dans la catégorie “révélation soliste instrumental”. Il est en résidence à la Fondation Singer-Polignac en tant qu'artiste associé depuis 2018.

Il s’est produit en soliste avec l'Orchestre National de France, l'Orchestre National d'Ile de France, l’Orchestre de Chambre de Lausanne, l’Orchestre National de Montpellier, l’Orchestre National de Lorraine, sous la direction de Jacques Mercier, Christian Zacharias, Pierre Dumoussaud, Marzena Diakun. Il joue régulièrement dans le cadre du Festival de Pâques d’Aix-en-Provence, du Festival international de piano de la Roque d'Anthéron, de Piano aux Jacobins, du Festival Chopin de Nohant, des Festivals de Pâques et de l’Août Musical de Deauville, des Sommets Musicaux de Gstaad, du Salzburger festspiele ou encore au Théâtre des Champs Elysées, à l’auditorium de Radio France, à l'Opéra d'Athènes, au Concert Hall de Shanghai, à la Library of Congress de Washington, au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, avec des artistes tels que Renaud Capuçon, Paul Meyer, Yan Levionnois, Victor Julien-Laferrière, Ismaël Margain, Anna Göckel, Adrien Bellom, les quatuor Hermès, Girard, Hanson.  

Sa discographie comporte notamment deux albums dédiés aux œuvres pour quatre mains de Schubert (recompensé par un “ffff” Télérama) et Mozart, enregistrés avec Ismaël Margain pour le label Aparté, un disque en sonate avec le violoncelliste Yan Levionnois, paru en 2017 pour Fondamenta (“ffff” Télérama), un disque en solo paru chez Claves la même année, consacré à Schubert, Haydn et Debussy, ou encore un disque live avec le quatuor Girard consacré à la musique de chambre de Saint-Saëns pour B Records en 2019.

Guillaume Bellom est artiste-associé de la Fondation Singer-Polignac.

Photo : © Jean-Baptiste Millot


 IsmaelMargain2017x400Ismaël Margain piano

Ismaël Margain est né en 1992 à Sarlat où il entame sa formation musicale (piano, flûte, saxophone, jazz, écriture). Le pianiste et chef d’orchestre Vahan Mardirossian, avec qui Ismaël travaille depuis son plus jeune âge, le présente à son ancien maître Jacques Rouvier qui le prépare au concours d’entrée au Conservatoire de Paris. Reçu à l’unanimité, il choisit d’intégrer la classe de Nicholas Angelich, puis au départ de ce dernier de poursuivre sa formation auprès de Roger Muraro et de Michel Dalberto.

Lauréat du Concours International Génération SPEDIDAM 2011, 1er Prix au Concours de la Société des Arts à Genève, c’est au Concours International Long-Thibaud 2012 que le public découvre Ismaël. Après avoir joué en finale le concerto n°23 de Mozart, il remporte le Prix du public et le 3e Grand Prix Marguerite Long remis par le président du jury Menahem Pressler. Il joue à nouveau ce concerto lors des Victoires de la Musique Classique 2015, où il est nommé dans la catégorie Révélation soliste instrumental.

Il est également l’invité régulier de nombreux festivals : Festival de Pâques et Août Musical de Deauville, Chopin à Paris, Festival de musique de Menton, Bel-Air Claviers Festival à Chambéry,

Pablo Casals de Prades, Piano aux Jacobins à Toulouse, Nohant Festival Chopin, l’Esprit du Piano à Bordeaux, Lille Piano(s) Festival où il se produit en solo et en musique de chambre, notamment avec le quatuor Hermès, Bertrand Chamayou, Alexandra Soumm, Yura Lee, Adrien La Marca, Edgar Moreau, Renaud Capuçon. A Paris, il se produit régulièrement à la Salle Cortot pour le Centre de Musique de Chambre, mais aussi Salle Gaveau, Musée d’Orsay, Auditorium du Louvre, Cité de la Musique, Théâtre des Champs-Élysées.

Il joue en soliste avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre Philharmonique de Nice, l’Orchestre de l’Opéra de Marseille, l’Orchestre national d’Île-de-France.

Ismaël Margain est lauréat du prix de la Yamaha Music Foundation of Europe, soutenu par la Fondation SAFRAN, la Fondation l’Or du Rhin, et la Fondation Banque Populaire. En 2010 il forme un duo de piano à quatre mains avec Guillaume Bellom avec qui il enregistre deux disques, consacrés à Mozart et Schubert (ffff dans Télérama) sous le label Aparté/Harmonia Mundi. Puis il réalise trois enregistrements pour le label B Records. En 2018 paraît un récital à deux pianos avec Guillaume Bellom dans la collection Deauville Live de B Records.

Ismaël Margain est artiste-associé de la Fondation Singer-Polignac.