Fraternité romantique

Publié dans Concerts de saison

Suzanne Valadon (1865-1938)
La Boîte à violon (détail)
1923, huile sur toile
Musée d'art moderne de la ville de Paris

Programme

César Franck (1822-1890)

  • Sonate pour violon et piano en la majeur
    • Allegro ben moderato
    • Allegro
    • Recitativo fantasia. Ben moderato
    • Allegro poco mosso
Interprètes

Johannes Brahms (1833-1897)

  • Sextuor à cordes n° 1 en si bémol majeur opus 18
    • Allegro ma non troppo
    • Andante ma moderato
    • Scherzo (allegro molto)
    • Poco allegretto & grazioso
Interprètes

Biographies

Augustin Dumay violon

La critique internationale compare Augustin Dumay aux grands violonistes du XXe siècle, et souligne sa place particulière de «grand classique-styliste», confirmée par ses enregistrements incontournables pour Deutsche Grammophon : l’intégrale des sonates de Beethoven avec Maria João Pires « à classer sûrement aux côtés de Grumiaux-Haskil, Menuhin-Kempff, ou Perlman-Ashkenazy » (International Piano), les trios de Brahms où « l’héritage de Milstein dans le jeu de Dumay est admirablement évident » (Gramophone), ou encore les concertos de Mozart avec la Camerata Salzburg, « sans exagération l’un des plus beaux enregistrements des concertos pour violon de Mozart jamais réalisés » (Classic CD), où il « confirme qu’il est un merveilleux interprète mozartien, comme le furent jadis Stern ou Grumiaux » (Classica).

Augustin Dumay prend ses premières leçons de violon à l’âge de cinq ans, après avoir assisté à un concert de Nathan Milstein. À dix ans, il entre au Conservatoire de Paris. Récompensé du premier prix à l’âge de treize ans, il donne l’année suivante son premier concert au Théâtre des Champs-Élysées et se produit au Festival de Montreux devant Joseph Szigeti et Henryk Szeryng. Ce dernier propose alors au jeune violoniste de le remplacer pour une tournée en Amérique du Sud. À son retour, Augustin Dumay travaille à Paris avec Nathan Milstein, qui dira de lui : « Je pense qu’il prendra sa place parmi les grands violonistes de l’an 2000 ». Il travaillera ensuite à Bruxelles avec Arthur Grumiaux pendant cinq ans.

Très rapidement, il devient connu du grand public en France, mais sa carrière internationale prend un véritable essor grâce à sa rencontre avec Herbert von Karajan. Ce dernier, l’ayant entendu par hasard au cours d’une séance d’enregistrement dans un studio où il venait lui-même travailler, l’invite immédiatement à jouer avec l’orchestre philharmonique de Berlin. Il enregistre ensuite pour EMI les concertos de Mendelssohn, Tchaïkovski, Saint-Saëns et Lalo. Parallèlement à sa carrière de violoniste, il a développé au cours des dix dernières années une intense activité de chef d’orchestre. Il est régulièrement invité à diriger des orchestres tels l’English Chamber Orchestra, le New Jersey Symphony Orchestra ou le Sinfonia Varsovia. Il occupe depuis 2003 le poste de directeur musical de l’orchestre royal de chambre de Wallonie, et a été nommé en 2011 directeur musical du Kansai Philharmonic Orchestra (Osaka, Japon).

Depuis 2004, Augustin Dumay est Maître en résidence à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth (Bruxelles), où il enseigne à des jeunes violonistes de très haut niveau, la plupart lauréats de grands concours internationaux. Sa discographie – une quarantaine d’enregistrements, la plupart récompensés par des prix prestigieux (Gramophone Awards, Audiophile Audition, Preis der deutschen Schallplattenkritik, Grand Prix du Disque, The Record Academy Award) – est disponible chez Warner, Deutsche Grammophon et Onyx Classics.

Après deux enregistrements à la tête du Kansai Philharmonic Orchestra et deux CD avec le pianiste Louis Lortie – Franck & Strauss Violin Sonatas, par « l’un des grands violonistes d’aujourd’hui » (The Strad) et Brahms Sonatas, « un immense bonheur » (La Presse, Montréal), Augustin Dumay revient aux concertos : il a récemment enregistré le Concerto de Beethoven avec le Sinfonia Varsovia et le Concerto n° 2 de Bartók avec l’orchestre symphonique de Montréal et Kent Nagano.

Son prochain CD, à paraître en 2018, sera consacré au Concerto de Mendelssohn avec l’Orpheus Chamber Orchestra.

Augustin Dumay est artiste associé à la Fondation Singer-Polignac.


Shuichi Okada violon

Né en 1995 à Bordeaux, Shuichi Okada débute l'étude du violon à l'âge de cinq ans. Après avoir commencé ses études au Conservatoire de Bordeaux avec Stéphane Rougier, il est admis au Conservatoire national supérieur de musique de Paris à l'unanimité à l’âge de quinze ans, dans la classe de Roland Daugareil, Suzanne Gessner et Christophe Poiget.

Passionné par la musique de chambre, il intègre la prestigieuse classe du quatuor Ysaÿe et a la chance de travailler avec des professeurs tels que Claire Désert, François Salque, Jérôme Pernoo ou encore le trio Wanderer. Il participe souvent à des master-classes, notamment avec Mihaela Martin, Pavel Vernikov, Patrice Fontanarosa, Donk Suk Kang, Sarah Nemtanu, Stephan Picard...

Shuichi est sélectionné pour participer à de prestigieuses académies, comme l'Académie SeijiOzawa (Suisse), l'Académie Carl Flesch (où il obtient le Prix Stennebrüggen ainsi que le Prix Ginette Neveu), ou le festival Santander.

Il est lauréat du 2e prix au Concours international Postacchini, du 1er prix au Concours international Ginette Neveu, 1er prix et Prix de la personnalité la plus remarquable au Concours international de Mirecourt, et il devient plus récemment lauréat du Concours Lipizer (Italie) et du Concours Fritz Kreisler (Autriche).

En 2015, il obtient le deuxième prix au Concours Markneukirchen, et reçoit le Prix Prince of Hessen lors des master-classes à la Kronberg Academy. Cela lui donne l'opportunité de jouer avec des orchestres tels que l'orchestre lyrique d'Avignon, l'orchestre de la Hochschule de Weimar, l'orchestre symphonique de Nancy, l'orchestre du DFO, l'orchestre de chambre Nouvelle Europe, l'orchestre philharmonique de Baden-Baden, le Philharmonique de Vogtland, l’orchestre de Normandie...

Shuichi est régulièrement invité à des festivals comme le festival Les vacances de Mr Haydn, le festival de la Roque d'Anthéron dans le cadre des ensembles en résidence, le festival de la Vézère, les Moments musicaux de La Baule, le festival de Pâques de Deauville, le festival de Giverny, le festival Musique à Guéthary, festival du Palazetto Bru Zane, où il s’est produit avec des artistes tels que Jerôme Pernoo, Jerôme Ducros, Michel Strauss, Raphael Pidoux, Jean-Claude Vanden Eyden, Peter Frankl, Philippe Jaroussky, Mathieu Herzog, Antoine Tamestit, Claire Désert, Lise Berthaud, Philippe Bernold, Pierre Fouchenneret, Itamar Golan, Jean-Claude Pennetier...

Il a eu l'occasion de jouer dans de grandes salles en tant que soliste ou en musique de chambre à la Salle Pleyel, au Théâtre des Champs-Élysées, à la Salle Cortot, la Victoria Hall de Genève, la Grande salle du Konzerthaus de Vienne, la Grande salle de la Philharmonie de Paris, la Fondation Louis Vuitton...

Shuichi participe au projet de l'enregistrement de l’intégrale de Brahms (B Records) avec notamment Pierre Fouchenneret, Lise Berthaud, Marie Chilemme, François Salque et Yan Levionnois. Il vient d’enregistrer son premier disque avec le pianiste Clément Lefebvre qui paraîtra courant 2018 chez le label Mirare.  Il joue un magnifique violon italien de Sanctus Seraphin (1735) prêté par la Fondation Zilber. Shuichi reçoit le soutien de la fondation Safran ainsi que la fondation l'or du Rhin. 

Depuis septembre 2016, il est en résidence à la Fondation Singer Polignac avec le trio Cantor.

En savoir +


Lou Chang alto

L’altiste taïwanaise Lou Chang commence sa formation musicale à l’âge de cinq ans. Elle découvre l’alto vers douze ans et est immédiatement attirée par son timbre. Après quelques années seulement, elle est acceptée à l’unanimité au Conservatoire national supérieur de Lyon dans la classe de Tasso Adamopoulos. Elle reçoit son diplôme en 2009 avec les félicitations du jury. Lou Chang poursuit ensuite ses études à l’Université des Arts de Berlin, sous la direction de Hartmut Rohde.  En 2008, elle fonde la Quatuor Hermès avec trois collègues et reçoit les conseils inestimables du Quatuor Ravel, du Quatuor Ysaÿe, du Quatuor Artemis, d’Eberhard Feltz, d’Alfred Brendel et de bien d’autres. Après avoir remporté de multiples prix, y compris le premier prix du Concours de Genève et les Young Concert Artists à New York, le Quatuor Hermès apparaît régulièrement sur les plus grandes scènes internationales. Depuis décembre 2014, Lou Chang se perfectionne à la Chapelle musicale Reine Élisabeth de Bruxelles sous la direction de Miguel da Silva. Elle joue un alto de Carles Jacquot (Paris) prêté par un collectionneur privé.

Lou Chang est en résidence à la Fondation Singer-Polignac avec le quatuor Hermès.

En savoir +


Manuel Vioque-Judde alto

Manuel Vioque-Judde est récompensé successivement aux deux plus prestigieux concours d’alto, remportant en 2014 le 2e prix du Concours Primrose de Los Angeles, puis en 2016 le 2e prix du Concours Tertis de l’Île de Man. Il est invité par de nombreux orchestres en France, en Allemagne, en Italie, en République Tchèque, aux États-Unis, au Venezuela. En 2015 son premier CD Viola Reflections paru dans la collection Jeune Soliste de la Fondation Meyer est salué par la critique comme un « fantastique enregistrement de musique anglaise ».

Son éducation musicale commence avec la pratique intensive du chant à la Maîtrise de Radio France. Il poursuit ses études au Conservatoire national supérieur de Paris dans la classe de Jean Sulem tout en bénéficiant des conseils des plus grands altistes contemporains Antoine Tamestit, Nobuko Imai, Tatjana Masurenko, Tabea Zimmermann et Lawrence Power.

Depuis 5 ans, il est membre de la Seiji Ozawa International Academy of Switzerland. Il a reçu le soutien de l’ADAMI, et est lauréat 2016 de la Fondation Banque Populaire.

Manuel Vioque-Judde joue sur un alto du luthier Stephan von Baehr.


Anthony Kondo violoncelle

Anthony Kondo débute le violoncelle à l’âge de cinq ans. Immergé très jeune dans la musique, c'est au sein de sa famille, son père violoncelliste et sa mère violoniste, qu'il va développer sa passion et son talent pour son instrument.

Après avoir obtenu plusieurs premiers prix dans les conservatoires nationaux de région de Lyon, Rueil-Malmaison et Saint-Maur, il est admis au Conservatoire national supérieur de musique de Lyon dans la classe d’Anne Gastinel.

Son parcours au Conservatoire national supérieur de musique de Lyon est jalonné de rencontres humaines et musicales fortes, qui le conduisent à développer un goût et une sensibilité particuliers pour la musique de chambre.

Il y rencontre notamment ses futurs partenaires de scène et forme avec eux le quatuor Hermès avec lequel il est en résidence à la Fondation Singer-Polignac.

En savoir +


Simon Dechambre violoncelle

Né en 1991, Simon Dechambre a une formation de violoncelliste diversifiée. Il fréquente plusieurs conservatoires (CRR d'Avignon, CRD d'Aix en Provence, CRR de Reims et de Lille) avant d’entrer au CRR de Paris dans la classe d'Hélène Dautry en 2008.

Il aura la chance de suivre les cours de professeurs tels que Marc Didier Thirault et Francois Baduel. En parallèle, il approfondit son enseignement avec Jerôme Pernoo, Raphaël Pidoux, Raphaël Perraud et Marcel Bardon. En 2011, il est admis au conservatoire national supérieur de musique de Paris dans la classe de Roland Pidoux et Xavier Phillips.

Au-delà de sa formation de soliste, Simon Dechambre tient à ouvrir ses horizons musicaux. Membre du quatuor Vivace depuis 2007 et du trio Euterpe depuis 2011, il travaille avec Marc Coppey en classe de musique de chambre au conservatoire national supérieur de musique de Paris et se produit ponctuellement en quatuor avec piano ou trio à cordes. Il est également membre du quatuor Hanson depuis 2013.

Plus jeune, il a participé à l'orchestre des jeunes de la Méditerranée et il accorde aujourd’hui une place toute particulière à l'orchestre dans son apprentissage en s'investissant dans la création de plusieurs ensembles instrumentaux tels que les formations Carminis et Gendron (où il a pu se produire en soliste) ou l'ensemble Jean-louis Florentz (ensemble de violoncelles).

Simon est en résidence à la Fondation Singer-Polignac avec le quatuor Hanson.

En savoir +


Théo Fouchenneret piano

Théo Fouchenneret débute ses études musicales au conservatoire à rayonnement régional de Nice à l'âge de cinq ans dans la classe de Christine Gastaud. À treize ans, il obtient son prix de piano mention très bien à l’unanimité. Il entre alors au Conservatoire national supérieur de musique de Paris dans la classe d’Alain Planès puis dans celle d'Hortense Cartier-Bresson. Après avoir obtrenu son master mention très bien, il est admis en 3e cycle supérieur pour le diplôme d'artiste interprète et suit l'enseignement de Yann Ollivo dans la classe d’accompagnement.

Théo s’est déjà produit dans de nombreuses salles en France et à l’étranger (Toppan Hall à Tokyo, Izumi Hall à Osaka, Munetsugu Hall à Nagoya, National Concert Hall à Taïwan). En octobre 2013, il remporte le 1er prix du concours international Gabriel Fauré. Il est l'un des membres fondateurs de l'ensemble Messiaen avec Raphaël Sévère, David Petrlik et Volodia van Keulena avec qui il remporte à l'unanimité le 1er prix du Concours international de musique de chambre de Lyon 2018 Aujourd'hui invité par de nombreux festivals (festival de Deauville, Rencontres musicales de Bélaye, festival de la Roque d'Anthéron, Cully Classique), il partage la scène avec des musiciens tels Victor Julien-Laferrière, Tatsuki Narita, Nicolas Bône, Roland Pidoux, Romain Descharmes, Éric Picard, Christophe Morin.

Théo est en résidence à la Fondation Singer-Polignac avec l'ensemble Messiaen.

En savoir +