Chateaubriand : nouvelles perspectives critiques

Publié dans Saison 2017-2018

Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson (1767-1824)
François René de Chateaubriand
1809, huile sur toile - 128 x 97,5 cm
Musée d'Histoire, Saint Malo

Colloque du 250e anniversaire de la naissance de Chateaubriand - 1768-2018

Introduction

L’œuvre de Chateaubriand constitue un monument capital de l’histoire littéraire, intellectuelle et politique de la France. Elle aborde en effet l’ensemble des questions qui se posent à la société française entre 1797, date de la publication de son premier livre, l’Essai sur les révolutions, et 1848, année qui marque le début de la parution, largement posthume, des Mémoires d’outre-tombe. Au moment où est dressé le bilan des Lumières finissantes, elle a contribué à fonder le romantisme et la modernité. Dans l’effervescence fertile des années qui ont suivi la Révolution, une des missions de l’écrivain a été de trouver une langue nouvelle qui dise à la fois le regret du temps perdu et l’aspiration au monde à venir, d’explorer les genres qui correspondent à cette société en mutation. Dans un savant équilibre entre la tradition classique, celle qui va d’Homère et Virgile à Fénelon et une libération de la parole, inspirée par de nouveaux modèles, comme Dante ou Shakespeare, Chateaubriand a bouleversé la poétique des genres, que ce soit dans l’essai, le court roman, la biographie et l’autobiographie. Avec la Révolution, dans le passage des salons de l’Ancien Régime  aux Cénacles romantiques, la figure de l’écrivain revêt de nouvelles formes ; il prend la parole dans  le nouvel espace public et politique qui se crée. Frappé de plein fouet par un emballement de l’Histoire, Chateaubriand a exprimé cette conscience du temps et du devenir des hommes qui naît avec la Révolution ; sa pratique de l’Histoire scrute un passé disparu dans une perspective à la fois nostalgique et prospective, car le passé constitue un des socles de sa vision politique de la France à venir. Réagissant de manière éclatante à la part matérialiste des Lumières, le Génie du christianisme réaffirme dès 1802 le rôle de la religion dans la création artistique et littéraire, et y voit le fondement du lien social ; traversée par une inquiétude existentielle, dans un retour de l’augustinisme, son œuvre interroge la place de la foi dans l’expérience individuelle.

De cet écrivain considérable, 2018 marquera le 250e anniversaire. À cette occasion, la Société Chateaubriand, en collaboration avec d’autres institutions (l’EA PLH – Université de Toulouse 2 Jean Jaurès, l’UMR CELLF 19-21 Paris Sorbonne, l’UMR IHRIM Université de Saint-Étienne) et avec le soutien des « Commémorations nationales », organise un colloque international qui se tiendra à Paris, mardi 5 et samedi 6 juin 2018. Ce colloque vise à susciter de nouvelles approches critiques sur l’ensemble de son œuvre, de l’Essai sur les révolutions aux Mémoires d’outre-tombe, du Génie du christianisme à ses récits de voyage en Italie, en Amérique et en Orient, des romans comme Atala, René ou Les Aventures du dernier Abencérage aux textes de journaux ou à la correspondance, de la stupéfiante biographie qu’est la Vie de Rancé à ses œuvres historiques et politiques. Le programme développera trois grands axes de lecture : « Chateaubriand, inquiétude et conviction religieuses », « L’auteur Chateaubriand : représentations, réseaux, modèles » et « Chateaubriand : Histoire et société ».

Comité d’organisation
  • Fabienne Bercegol (Université de Toulouse 2 – Jean Jaurès)
  • Pierre Glaudes (Université Paris Sorbonne)
  • Jean-Marie Roulin (Université de Lyon Saint-Étienne)
Comité scientifique
  • Philippe Antoine (Université Blaise Pascal - Clermont-Ferrand II)
  • Fabienne Bercegol (Université de Toulouse 2 – Jean Jaurès)
  • Guy Berger (Président de la Société Chateaubriand)
  • Bernard Degout (Directeur de la Maison de Chateaubriand)
  • Béatrice Didier (ENS – rue d’Ulm, Paris)
  • Pierre Glaudes (Université Paris Sorbonne)
  • Nicolas Perot (Caen)
  • Aurelio Principato (Università degli Studi Roma Tre)
  • Jean-Marie Roulin (Université Jean Monnet, Saint-Étienne)
  • Olivier Tort (Université d’Artois)
Partenaires

Programme

Mardi 5 juin

9h15 - Accueil et inscription des participants

9h45 - Ouverture du colloque par Guy Berger, Président de la Société Chateaubriand

10h - Introduction par Jean-Marie Roulin, Université de Saint-Etienne

L’auteur Chateaubriand : représentation, réseaux, modèles (1)

Présidence : Fabienne Bercegol

10h45-11h - pause

12h15 - Discussion

13h-14h - Buffet déjeuner

Chateaubriand : Histoire et société

Présidence : Bernard Degout

15h-15h15 - Pause

16h30 - Discussion

17h15 - Fin de la première journée

Mercredi 6 juin

9h45 - Accueil et inscription des participants

10h - Ouverture de la seconde journée

L’auteur Chateaubriand : représentation, réseaux, modèles (2)

Présidence : Béatrice Didier

11h-11h15 - pause

12h15 - Discussion

13h-14h - Buffet déjeuner

Chateaubriand, inquiétude et conviction religieuses

Présidence : Pierre Glaudes

15h-15h15 - Pause

16h30 - Discussion et conclusion

17h15 - Fin du colloque

Résumés de communication

Un auteur “dont la vie ressemble à ses ouvrages” : les scénographies auctoriales de Chateaubriand par José-Luis Diaz

N.C

[haut]


Chateaubriand dans le "Mercure de France", le “moi” comme “événement littéraire” par Morgane Avellaneda

N.C

[haut]


Entre frontispice allégorique et reliure “à la cathédrale” : flottements du positionnement éditorial des oeuvres de Chateaubriand dans la première moitié du XIXème siècle par Marine Le Bail

N.C

[haut]


"Les Natchez" ou la crise de la communauté par Pierre Glaudes

N.C

[haut]


L’imaginaire de la souveraineté dans les "Mémoires d’outre-tombe" : le paradigme du retour par Jean-Marie Roulin

Épopée de leur époque, les Mémoires d’outre-tombe déploient un imaginaire mythographique et symbolique du politique et de l’Histoire. Dans ce tableau rétrospectif des décennies qui, de la Révolution à la Restauration, ont profondément modifié le paysage social et politique de l’Europe, la question de la souveraineté, décomposée ou restaurée, revient à des endroits stratégiques, que ce soit dans les pages sur la Révolution, sur Napoléon, dans la méditation sur le sacre de Charles X ou le portrait sarcastique de Louis-Philippe. Ces pages sont traversées par une interrogation sur ce qui constitue le pouvoir, que Chateaubriand pense moins en termes de théorie politique que de symbolique : comment constituer une figure d’autorité dans une société qui a perdu le sens du sacré ? Dans cette question, le retour offre un paradigme majeur pour penser l’imaginaire du monarque. En effet, les souverains des Mémoires d’outre-tombe sont des figures du retour, Louis XVIII et Charles X reviennent d’émigration, et Napoléon reviendra de l’ile d’Elbe, et ses cendres de Sainte-Hélène, matrice de la figure du pouvoir dans la France du xixe siècle. Or, l’exemple de Napoléon montre que ce sont les retours qui muent le tyran en figure légendaire, non sans analogie avec la figure de Jésus que le retour d’entre les morts transmue le personnage historique en personnage divin. Cette communication interrogera ainsi la place du retour, comme élément structurant de l’imaginaire de la souveraineté dans Mémoires d’outre-tombe et de la constitution d’une nouvelle sacralité du souverain.

[haut]


Chateaubriand et l'initiation à l'histoire chez Augustin Thierry et Pierre-Vidal Naquet par Jacob Lachat

N.C

[haut]


Chateaubriand parmi les historiens de la Révolution française par Olivier Ritz

Aux deux extrémités de son œuvre, Chateaubriand écrit l’histoire de la Révolution française. Le premier texte qu’il publie, en 1797, est un Essai historique, politique et moral sur les révolutions anciennes et modernes, considérées dans leurs rapports avec la révolution française. Les Mémoires d’outre-tombe, publiés à partir de 1848, comprennent un récit de la décennie révolutionnaire (livres V à XI), autre manière d’en faire l’histoire. À ne considérer que ces dates de publication, l’Essai fait partie de la première vague d’Histoires de la Révolution (à côté de textes aujourd’hui oubliés comme l’Histoire philosophique de Fantin-Desodoards ou l’Histoire secrète de François-Xavier Pagès) et les Mémoires sont contemporains des premiers volumes de l’Histoire de la Révolution française de Michelet. Si l’on considère plutôt les dates d’écriture que Chateaubriand met en avant dans les livres V à XI des Mémoires d’outre-tombe, les années 1821 et 1822, le texte est contemporain de nombreux mémoires sur la Révolution, notamment ceux de la Collection des Mémoires relatifs à la Révolution française, avec des notices sur leurs auteurs et des éclaircissements historiquespar MM. Berville et Barrière (Paris, Baudouin frères, 1821-1827, 53 vol.) On peut ajouter que lorsqu’il fait la critique des « auteurs français qui ont écrit l’histoire depuis la Révolution » dans la préface des Études historiques en 1831, il est particulièrement attentif aux historiens de la Révolution, notamment à Thiers et à Mignet, qu’il cite et qu’il commente. Chateaubriand semble ainsi avoir participé pendant un demi-siècle à l’écriture de l’histoire de la Révolution. En vérité Chateaubriand a toujours été en décalage. L’Essai, écrit pendant l’exil, est très peu diffusé en France. Certes, Chateaubriand lui donne une seconde vie en 1826, dans ses Œuvres complètes, mais il prend ses distances dans la préface et les nombreuses notes qu’il ajoute au texte. La vogue des mémoires de la Révolution aurait pu l’inciter à publier son propre récit dans les années 1820-1830, mais il fait le choix d’une publication posthume. Les Études historiques résument quant à elle la Révolution en un passage très court et en partie métaphorique, comme pour rendre impossible la comparaison avec les historiens examinés dans la préface.

[haut]


Chateaubriand et la mode du roman sermon par Fabienne Bercegol

Dans son article intitulé « L’empire du roman » et publié dans le volume L’Empire des Muses. Napoléon, les Arts et les Lettres (Belin, 2004), Shelly Charles note la vogue sous l’Empire du « roman religieux », dans le sillage d’Atala et de René. La presse de l’époque se fait effectivement l’écho du succès de cette formule romanesque (« deux ou trois sermons de plus dans un roman et l’on obtiendra des libraires tout ce qu’on voudra », lit-on dans La Décade du 1er juillet 1806), tandis que Pigault-Lebrun s’en amuse, en ouvrant son roman Le Coureur d’aventures : l’homme à projets par la parodie d’un sermon.

Nous nous proposons de revenir sur la fortune romanesque du sermon dans le contexte apologétique de l’après Génie du christianisme. Nous nous fonderons principalement sur un parallèle entre les fictions de Chateaubriand et Mathilde (1805) de Sophie Cottin pour mener l’enquête sur la poétique de ces romans, sur les modalités d’insertion du sermon, sur la rhétorique qu’il mobilise, mais aussi sur les limites de cette démarche apologétique qui mise sur la séduction de la fiction. Car la comparaison entre les deux auteurs permet de faire apparaître la plus grande ambivalence des textes de Chateaubriand, dans lesquels l’enseignement doctrinal est mis sous tension.

[haut]


“Omnia quasi praesentia meditor” : des "Confessions" de Saint Augustin aux "Mémoires d’outre-tombe" par Emmanuelle Tabet

N.C

[haut]


Du théologal chez Chateaubriand par Nicolas Perot

N.C

[haut]


Réparer le regard : une scénographie de l'observation dans le "Génie du Christianisme" par Lucien Derainne

La critique balzacienne a théorisé ce que pouvait être une scénographie de l’observation : un dispositif qui assimile l’énonciateur réaliste à un déchiffreur de signes, et qui permet un transfert d’autorité des discours scientifiques aux textes littéraires. Dans ces conditions, Chateaubriand, détracteur de la science et écrivain romantique, devait en être exclu d’office. Pourtant, le Génie du christianisme se réclame à plusieurs reprises d’une forme d’observation. L’enjeu de cette communication sera de proposer une relecture des débats qui agitent le « moment 1800 », afin d’éclairer en retour la poétique de Chateaubriand dans le Génie du christianisme et dans René. En desserrant les oppositions traditionnelles, entre Décade philosophique et Mercure de France ou entre science et littérature, nous replacerons les critiques de Chateaubriand contre les idéologues dans une opposition plus transversale entre deux conceptions de l’observation. Cette contextualisation revalorisera les chapitres « scientifiques » de Chateaubriand dans le Génie du christianisme tout en éclairant la spécificité de son point de vue. Par rapport aux auteurs qui partagent sa conception de l’observation, tels Mercier ou Bernardin de Saint-Pierre, Chateaubriand choisit de s’afficher en réparateur : il organise ses observations autour de fragments, de cadavres ou de ruines, comme s’il s’agissait de repartir des dégâts causés par l’analyse des idéologues pour restaurer un sens et une âme derrière la forme matérielle.

[haut]


Figures du moi voyageur : Ulysse et Enée à partir de l’"Itinéraire" par Alain Guyot

La présente étude propose de repartir des conclusions de l’ouvrage Analogie et récit de voyage (Paris, Garnier, 2012), en partie consacré au traitement de l’analogie et de ses figures dans l’Itinéraire de Paris à Jérusalem. Il était alors apparu que le voyageur narrateur y empruntait différents masques ou figures : marin, pêcheur, pilote, pèlerin, voyageur, écolier, conscrit ou encore croisé, sans oublier quelques personnages historiques ou légendaires. Parmi ces figures se distinguent celles d’Ulysse et d’Énée, dont la particularité tient aux phénomènes d’effacement, de distorsion ou de décalage qui accompagnent leur émergence dans le texte.

On souhaiterait profiter de l’occasion pour approfondir l’étude en s’efforçant d’élucider le sens de ces mystérieux phénomènes (considérations savantes, erreurs – ou pseudo-erreurs – dans les références, parasitages référentiels ou apparitions en filigrane, etc.) et en rapprochant la manifestation de ces figures dans l’Itinéraire et leur apparition dans d’autres textes, en particulier dans les Mémoires. Le remplacement progressif du masque odysséen par la figure du fils d’Anchise serait alors à lire à la lumière des positions politiques de Chateaubriand, jamais clairement avouées par leur auteur et telles que Jean-Christophe Cavallin a pu les décrypter dans ses ouvrages. On tentera de montrer en quoi Chateaubriand renouvelle par là l’écriture de l’analogie, en la faisant passer d’un rôle essentiellement ornemental à celui d’un constituant essentiel du sens.

[haut]


“Ecrire au bruit du canon”. Chateaubriand, héros pamphlétaire de "De Buonaparte et des Bourbons" par Laetitia Saintes

N.C

[haut]


De quelques femmes. Chateaubriand et la littérature féminine par Fabio Vasarri

N.C

[haut]


Biographies

Guy Berger

N.C

[haut]


José-Luis Diaz

N.C

[haut]


Morgane Avellaneda

N.C

[haut]


Marine Le Bail photo

Marine Le Bail

Marine Le Bail est actuellement maître de conférences en littérature du XIXe siècle et histoire du livre à l’université Toulouse II Jean Jaurès. Elle a soutenu en 2016 une thèse de doctorat consacrée aux écrivains bibliophiles du XIXe siècle, et ses recherches portent plus généralement sur les interactions entre le monde du livre et la république des lettres à cette période ; elle a consacré à ces sujets un certain nombre communications et d’articles, parmi lesquels « Pour un usage expositionnel du livre : les reliures-vitrines des bibliophiles fin-de-siècle » (Interférences littérires / Literaire Interferenties, n°16, 2015), ou encore « La bibliophilie des Goncourt au service du XVIIIe siècle, entre conservation et recréation » (Les Goncourt historiens, Presses Universitaires de Strasbourg, 2017). Suite aux quatre années passées à la bibliothèque de l’Arsenal en tant que chargée de recherches documentaires sur le fonds Paul Lacroix, elle a également codirigé un récent numéro de la revue Littératures consacré à Paul Lacroix : « l’homme-livre » du XIXe siècle (n°75, 2017).

[haut]


Pierre Glaudes

N.C

[haut]


Jean-Marie Roulin

Jean-Marie Roulin est professeur à l’Université de Lyon Saint-Étienne et membre de l’UMR CNRS IHRIM. Ses recherches portent sur les représentations littéraires de la société, du politique et de l’histoire dans la France post-révolutionnaire. Il a dirigé plusieurs projets collectifs sur ces questions, notamment sur la fraternité (Adelphiques. Sœurs et frères dans la littérature française du XIXe siècle, Kimé 2010 avec Cl. Bernard et Ch. Massol), sur la construction des catégories genrées (Masculinités en Révolution de Rousseau à Balzac, Puse, 2013, avec D. Maira) et sur l’écriture fictionnelle de la Révolution (Les Romans de la Révolution.1790-1912, A. Colin, 2014, avec A. Déruelle ; Fictions de la Révolution, 1789-1912, PUR, avec C. Saminadayar-Perrin). Dans cette perspective, il s’est intéressé à plusieurs figures majeures de la période, notamment Chateaubriand (Chateaubriand, l’exil et la gloire, Champion, 1994 ; Chateaubriand, écrire et penser l’Histoire, PUSE, 2009, avec I. Rosi), Benjamin Constant (édition d’Adolphe et Ma vie, Amélie et Germaine, Cécile, GF, 2011, et des Journaux intimes, Folio, 2017), Germaine de Staël, Balzac, Stendhal et Musset. Il collabore actuellement à la nouvelle édition dirigée par P. Petitier de l’Histoire de la Révolution française de Michelet pour la « Bibliothèque de la Pléiade », et prépare un dossier consacré à « Chateaubriand, mapping the post-revolutionary world », pour le numéro de printemps 2018 de Nineteenth-Century French Studies.

[haut]


Jacob Lachat

N.C

[haut]


Olivier Ritz

Olivier Ritz est maître de conférences en littérature française à l’université Paris Diderot. Ses recherches portent sur l’histoire littéraire de la période révolutionnaire et sur l'écriture de la Révolution française depuis 1789. Elles s'appuient notamment sur le développement des humanités numériques. Il a publié Les Métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution aux éditions Classiques Garnier en 2016 et il écrit régulièrement sur son carnet de recherche en ligne : Littérature et Révolution.

[haut]


Fabienne Bercegol

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure de Paris, Fabienne  Bercegol est Professeure à l'Université Toulouse Jean Jaurès et directrice de l’équipe de recherche « Patrimoine, Littérature, Histoire ».  Spécialiste de la littérature française du début du XIXe siècle, elle a publié de nombreux essais et articles sur Chateaubriand (par exemple, Chateaubriand, une poétique de la tentation, Garnier, 2009), mais aussi sur Senancour (dont elle dirige actuellement l'édition des Œuvres complètes chez Garnier), Stendhal (édition de la Vie de Henry Brulard, Classiques de Poche, 2013), Barbey d’Aurevilly (édition des Portraits politiques et littéraires, Les Belles Lettres, 2009), etc. Elle a co-dirigé le volume « Une période sans nom ». Les années 1780-1820 et la fabrique de l’histoire littéraire (Garnier, 2016). Ses travaux s'orientent désormais vers l'étude des romancières du début du XIXe siècle (elle a coordonné avec Cornelia Klettke le volume Les Femmes en mouvement. L'univers sentimental et intellectuel des romancières du début du XIXe siècle publié chez Frank et Timme en 2017) et vers l'étude des usages fictionnels du portrait (elle a dirigé le numéro de la revue Romantisme consacré au portrait en 2017 et coordonné, avec Julie Anselmini, le volume Portraits dans la littérature de Gustave Flaubert à Marcel Proust, à paraître chez Garnier).

[haut]


Emmanuelle Tabet

N.C

[haut]


Nicolas Perot

N.C

[haut]


Lucien Derainne photo

Lucien Derainne

Lucien Derainne, agrégé de lettres modernes, est actuellement doctorant contractuel à l’université Jean Monnet de Saint-Étienne (IHRIM). Son projet de thèse, dirigé par Jean-Marie Roulin, porte sur la pensée et les représentations de l’observation dans les textes littéraires et scientifiques, de l’Encyclopédie à la mort de Balzac. Il a notamment annoté les articles « Observateur » et « Observation » pour l’édition numérique de l’Encyclopédie (projet ENCCRE) et contribué au volume Fictions de la Révolution. 1789-1912.

[haut]


Alain Guyot photo

Alain Guyot

Alain GUYOT, professeur de littérature française du XIXe siècle à l’Université de Lorraine (Nancy), dont il a été également vice-président délégué, s’intéresse à la poétique et à la stylistique des récits de voyage, du tournant des Lumières à la fin du romantisme. Il a consacré de nombreux articles à ces thématiques et dirigé plusieurs ouvrages collectifs. Il est également l’auteur de L’Itinéraire de Paris à Jérusalem de Chateaubriand : l’invention du voyage romantique (avec R. Le Huenen – Paris, PUPS, 2006) et d’Analogie et récit de voyage. Voir, mesurer, interpréter le monde (Paris, Classiques Garnier, 2012). Il dirige enfin, avec Sarga Moussa, la section « Voyages » dans l’édition des Œuvres complètes de Théophile Gautier (Champion), et prépare, pour les Classiques Garnier, l’édition de L’Espagne sous Ferdinand VII de Custine. Il s’intéresse en outre aux relations entre la littérature et les savoirs et entre la littérature et les arts, en particulier à la représentation des objets en littérature et en peinture, et a dirigé avec Y. Le Scanff un séminaire et un numéro de la Revue d’histoire littéraire de la France (à paraître en 2018) consacré à la nature morte littéraire au XIXe siècle.

[haut]


Laetitia Saintes

N.C

[haut]


Fabio Vasarri

N.C

[haut]