Stravinsky et la France

Posted in Saison 2012-2013

Programme

 

16h30 – 19h Colloque

Oeuvres

20h concert

Igor Stravinski (1882-1971)

 


Sonate pour piano (1924)

dédiée à Winnaretta Singer, princesse de Polignac

L'Histoire du soldat, suite d'orchestre

Renard, histoire burlesque chantée et jouée

Textes de Charles-Ferdinand Ramuz

  • Manuel Nuñez Camelino ténor
  • Guillaume Guttierez ténor
  • Virgile Ancely basse
  • Florent Baffi basse
Interprètes
  • Le Balcon    |Ensemble en résidence|
  • Maxime Pascal direction
  • Philibert Perrine hautbois
  • Julien Abbes basson
  • Maxime Tomba cor
  • François Lugue cor
  • Jérémy Leconte trompette
  • Alain Muller, piano clouté
  • Adrian Salloum, percussions
  • François-Xavier Plancqueel, percussions
  • You Jung Han violon
  • Valentin Broucke violon
  • Aurélie Deschamps alto
  • Jeremy Genet violoncelle
  • Simon Guidicelli contrebasse
  • Claire Luquiens flûte
  • Iris Zerdoud clarinette

Biographies

Manuel Nuñez Camelino ténor photo

Manuel Nuñez Camelino est né à Corrientes (Argentine). Il entre en 2002 à l'Institut Supérieur d'Art du Teatro Colón. Il fait ses débuts au Teatro Avenida de Buenos Aires dans le rôle de Beppe (I Pagliacci). Il est finaliste du 1er Concours «_Nouvelles Voix du Teatro Colón_». En 2005, il participe à Don Quichotte et Lucia di Lammermoor au Teatro Colón. En 2005, il est demi-finaliste au Concours international "Neue Stimmen", à Gütersloh (Allemagne). De 2006 à 2008, il est en résidence au Centre national d'artistes lyriques (CNIPAL). En 2008, il participe aux productions de La Vida Breve_et Samson et Dalila à l’Opéra-Théâtre de Saint-Étienne et chante Phoebus dans La Esmeralda_ de Louise Bertin au Festival de Radio France et Montpellier.En octobre 2008, il entre à l’Atelier Lyrique de l’Opéra national de Paris avec lequel il se produit en concert à Bucarest, à l’Auditorium du Louvre, au Palais Garnier avec l’orchestre de l’Opéra national de Paris et à la Villa Médicis à Rome. Il chante Paolino dans Le Mariage secret de Domenico Cimarosa et La Théière/Le Petit Vieillard dans L’Enfant et les sortilèges de Maurice Ravel. En septembre 2009, il chante le rôle de Don Ramiro (La Cenerentola) à l’Opéra de Vichy. Il vient d’interpréter Tonio (La Fille du Régiment) à l’Opéra de Montpellier, un Troyen (Idoménée) à l’Opéra national de Paris, Don Ramiro (La Cenerentola) à l’Opéra d’Avignon, Gastone (Traviata) au Festival d’Aix-en-Provence, Bastien (Bastien et Bastienne) à l’Opéra de Toulon et à Aix-en-Provence, Gastone (Traviata) à Dijon et à Caen. Plus récemment, il interprète le rôle de Mercure (Hippolyte et Aricie) et_Ein italienischer Tenor (Capriccio) à l'Opéra national de Paris.

 

Guillaume Gutierrez ténor

Guillaume fait ses débuts sur scène dans le rôle de Bastien dans Bastien et Bastienne à l'Abbaye-aux-Dames de Saintes et au Théâtre Marsoulan à Paris. Il a également incarné le personnage de Kékikako dans Bataclan d'Offenbach dans le grand amphithéâtre du lycée Louis le Grand et au théâtre de Fourqueux. Dans le cadre de ses études au Jeune chœur de Paris il se forme au chant choral auprès de Laurence Equilbey. Guillaume est très régulièrement invité par L'Ensemble Parisien, dirigé par Alexis Roy, collabore avec Raphaël Pichon, Michel Laplénie et Skip Sempé. Il a participé à deux concerts dirigés par Gustav Leonhardt à la Cité de la musique . En novembre 2010, il a chanté la Missa di gloria de Puccini avec le Rainbow Symphony Orchestra dirigé par John Dawkins. En 2011, il a incarné le rôle de Victor dans Le concert à la cour d'Auber, dans le grand salon de l'Hôtel-de-ville à Paris sous la baguette de Xavier Delette. En 2012, Guillaume s'est produit sur la scène de l'Opéra de Bordeaux dans la Barca di Venezia per Padova, comédie madrigalesque d'Adriano Banchieri, puis, dans le cadre de la Folle Journée de Nantes, il a interprété le rôle-titre du Renard de Stravinsky avec l'ensemble Le Balcon. Enfin, dans le cadre du Festival d'opéra de chambre de la ville de Choisy-Le-Roi, il a tenu le rôle d'Acis dans Acis and Galatea de Haendel. Il tient actuellement le rôle du deuxième musicien dans le Bourgeois gentilhomme de Molière/Lully aux côtés de François Morel, dans la mise en scène de Catherine Hiegel.

 

Virgile Ancely basse

Virgile Ancely aborde le chant au conservatoire de Roubaix et poursuit sa formation au Conservatoire à rayonnement régional de Paris au sein du département supérieur pour jeunes chanteurs créé par Laurence Equilbey. Il obtient son Prix de perfectionnement à l'unanimité du jury en 2008. Il y étudie les rôles de Papageno, Leporello, Sénèque et Falstaff. Lauréat en 2009 du concours international de chant de Clermont-Ferrand, il collabore en tant que soliste avec l'orchestre national d'Ile-de-France, et les ensembles les Arts florissants, les Paladins, le Poème harmonique, Café Zimmerman, Opera fuoco, Les Ombres, Sagittarius ou encore Pygmalion. Sur scène, il se produit dans un large répertoire: Leporello (Don Giovanni), Simone (Gianni Schicchi), Frosch (La Chauve-souris) et Lorenzo (I Capuleti e i Montecchi de Bellini) avec le Centre lyrique d'Auvergne, Urbain (La Vie parisienne), Pooh-Bah (Mikado de Gilbert & Sullivan)... Il participe également à la création d'opéras contemporains : Soie de Yves Prin, De la terreur des hommes d'Arthur Lavandier, et Phèdre- tragédie lyrique d' Emmanuel Normand en 2012. Affectionnant particulièrement la musique ancienne, Virgile a notamment tenu les rôles de Plutone (Il ballo dell'ingrate de Monteverdi) au Festival du Périgord Noir, Jésus (La passion selon St Matthieu de Schütz) à la Folle journée de Nantes, et Alvar (Les Indes galantes de Rameau) à l'Opéra de Bordeaux sous la direction de Michel Laplénie; ainsi que le licteur et un familier de Sénèque avec Jérôme Corréas (Le couronnement de Poppée) dans de nombreux théâtres français. Il chante en 2012 avec les Arts florissants dans La descente d'Orphée aux enfers de Charpentier et Venus & Adonis de John Blow à Paris, Versailles et Varsovie. Parmi ses projets pour 2013, citons Il ritorno d'Ulisse in patria (rôles d'Antinoo, Nettuno et Tempo) aux Opéras de Reims, Massy et Nice ; Truffaldino (Ariadne auf Naxos de Strauss) au Théâtre de l'Athénée à Paris, et les rôles de Buff et Maestro (Der Schauspieldirektor/ Prima la musica poi le parole de Mozart/Salieri) à Hong Kong, sous la baguette de David Stern.

 

Florent Baffi basse

Après avoir commencé des études de violoncelle, Florent Baffi entre dans la classe de chant du Conservatoire de Tours. En 2004, il rejoint la maîtrise du Centre de Musique Baroque de Versailles. Pendant trois ans, il a l'occasion de travailler avec Olivier Schneebeli, Ton Koopman, Jean-Yves Ossonce, Jérôme Corréas et Giuseppe Grazzioli. Avec ce dernier, il est Pâris dans Roméo et Juliette de Charles Gounod au Grand Théâtre de Tours. En 2007, Florent Baffi intègre le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. En 2009, il est Lui dans l'Amour Masqué d'André Messager à l'auditorium du musée d'Orsay, et Junius dans The Rape of Lucretia de Benjamin Britten au Conservatoire de Paris dans des mises en scènes d'Emmanuelle Cordoliani. Il participe régulièrement à des cantates de Jean-Sébastien Bach, notamment avec Patrick Cohen-Akénine, Catherine Simonpiétri, Michel Laplénie et Jurgen Hempel. En 2010, il chante dans la cantate pour basse Ich habe genug de Jean-Sébastien Bach sous la direction d'Emmanuelle Haïm. En 2011, outre de nombreux concerts, il est Claude dans Ô mon bel inconnu de Reynaldo Hahn à l'Opéra-Comique à Paris sous la direction d'Emmanuel Olivier, puis Papageno dans Die Zauberflöte de Wolfgang-Amadeus Mozart au Conservatoire de Paris sous la direction de Yann Molénat. Plus récemment, il a participé à la création de la pièce de théâtre Clients d'après Grisélidis Réal dans une mise en scène de Clotilde Ramondou au Théâtre Paris-Villette. Il a également tenu le rôle de Juan dans Avenida de Los Incas de Fernando Fiszbein sous la direction de Maxime Pascal avec l'ensemble Le Balcon à l'auditorium de Vincennes.

Benoît Duteurtre

Benoît Duteurtre est né en 1960 à Sainte-Adresse, près du Havre où il a passé son enfance.

A quinze ans, il montre ses premiers textes à l’écrivain Armand Salacrou qui vit dans la même ville et qui l'encourage. Passionné de musique, il entre en 1977 en faculté de musicologie à Rouen, puis fait des stages auprès de Stockhausen, Xenakis et Ligeti.

En 1982, il envoie quelques pages à Samuel Beckett qui l'incite à publier sa première nouvelle dans la revue Minuit. Installé à Paris, il gagne sa vie en pianotant. Du Printemps de Bourges au théâtre des Amandiers à Nanterre, il participe à plusieurs spectacles musicaux avec Norbert Letheule, Bernard Lubat, Henri Texier… Après avoir fait mille et un métiers, il se plonge un moment dans les archives de son arrière-grand-père, le président René Coty.

Tandis que son premier roman Sommeil perdu paraît discrètement chez Grasset (1985), Benoît Duteurtre multiplie les emplois journalistiques : le Monde de la musique, Diapason, Elle, Playboy, La vie, Révolution. Depuis, il a publié les romans Les vaches (1987) - qu’il remaniera en 2000 sous le titre A propos des vaches - L’Amoureux malgré lui (1989), Tout doit disparaître (1992), Gaieté parisienne (1996), Drôle de temps (1997), Les Malentendus (1999), Le Voyage en France (2001) – qui a reçu le prix Médicis - Service Clientèle (2003), La Rebelle (2004), La Petite Fille et la Cigarette (2005), Chemins de fer (2006), La Cité heureuse (2007), Les pieds dans l'eau (2008), Ballets roses (2009), et Le retour du Général (2010) ainsi que les essais et chroniques Requiem pour une avant-garde(1995), L'Opérette en France (1997, rééd. 2009), Le Grand Embouteillage (2002), Ma belle époque (2007), Les Pieds dans l'eau (2008), À nous deux, Paris (2012).

Aujourd’hui traduit dans une douzaine de langues, Benoît Duteurtre est membre du comité de lecture des éditions Denoël. Il écrit régulièrement dans Marianne, Le Figaro, Paris Match et dans la revue L’Atelier du roman. Il est également producteur à France Musique où il anime chaque samedi matin l'émission « Etonnez-moi Benoît ».

Benoît Duteurtre est conseiller musical de la Fondation Singer-Polignac.


Bertrand Dermoncourt

Bertrand Dermoncourt est directeur du mensuel Classica et journaliste en charge de la musique classique à L’Express. Il est l’auteur d’un essai monographique, uniment loué, Dimitri Chostakovitch (Actes Sud, 2006) et de nombreux articles.

Il a dirigéTout Mozart. Encyclopédie de A à Z («Bouquins», Robert Laffont, 2006), ainsi que Tout Bach («Bouquins», Robert Laffont 2009) et a écrit une série de petits livres sur David Bowie, The Cure, Dépêche Mode, Joy Division et Sonic Youth, toujours intitulés … de A à Z.

Il est l'auteur d'une biographie de Stravinsky à paraître chez Actes Sud.


Marcel Marnat

Après des études scientifiques, Marcel Marnat s’illustre dans de nombreuses publications culturelles (Combat, Jazz Hot, Arts, Les Lettres Françaises, l’Express, Preuves, Le Monde, Disques, Harmonie, Le Monde de la Musique, La Nouvelle Revue Française etc.) par des chroniques portant aussi bien sur la peinture que le cinéma, les littératures marginales et surtout les disques ou la musique (près de 1500 textes de présentation sur des enregistrements).

Secrétaire Général de la Fondation Ravel puis Membre de la Presse Musicale Internationale, Marcel Marnat fut l’un des responsables des programmes de France Musique entre 1978 et 1992. Il est l’auteur d’ouvrages consacrés à Moussorgsky, Michel-Ange, Stravinsky, D.H. Lawrence, Vivaldi, Klee, Haydn, Beethoven et Maurice Ravel (Prix de la critique musicale, Prix de l’Académie des Beaux-Arts). Il développe, depuis 1990, une intense activité de conférencier (Lyon, Palerme, Genève, Aulnay, Prague, Strasbourg, Evry, Turin, Poissy, Colmar, Paris, Nancy, Meinier, Reims, Nantes etc) et collabore régulièrement aux programmes culturels de la Radio Suisse Romande-Espace 2. Publiée en 2006, sa monographie consacrée à Puccini, a été couronnée par l’Académie des Beaux Arts, le Prix Pelléas et le prix SACEM de la biographie musicale au Festival du livre de Deauville.


Marie Stravinsky

Marie Stravinsky est l'arrière-petite-fille d'Igor Stravinsky.

Elle est la Présidente de la Fondation Stravinsky.

www.fondation-igor-stravinsky.org

 


 

 

 

Présentation

Introduction - La révolution Stravinsky

{notschka_media}20121113-duteurtre{/notschka_media}

Benoît Duteurtre


Les Stravinsky, itinéraire d’une famille

{notschka_media}20121113_Marie_Stravinsky{/notschka_media}

Marie Stravinsky


Stravinsky et la musique française

 

{notschka_media}20121113_Marnat_1{/notschka_media}


{notschka_media}20121113_Marnat_2{/notschka_media}

Marcel Marnat

 

 

 

 

 

 


Stravinsky parisien

{notschka_media}20121113_BertrandDermoncourt{/notschka_media}

Bertrand Dermoncourt

 

 


Concert Le Balcon

Extrait :