Le Petit Duc - hors les murs

Publié dans Concerts d'atelier

LE TRIANON
80 BD DE ROCHECHOUART
75018 PARIS
TÉL. 01 44 92 78 00

Programme

Charles Lecocq (1832-1918)

Le Petit duc opéra-comique en trois actes

sur un livret d'Henri Meilhac et Ludovic Halévy

créé le 25 janvier 1878 au théâtre de la Renaissance à Paris

Biographies

Les Frivolités parisiennes

C’est au coeur de l’opéra-comique et de l’opéra-bouffe que voyage la compagnie des Frivolités Parisiennes. Portée par le désir de remettre ces icônes du paysage artistique du XIXème siècle au goût du jour, elle a pour but de leur rendre leurs lettres de noblesse ainsi qu’une place prépondérante dans la programmation culturelle grâce à un travail de représentation fidèle et abouti.

Un Paris bouillonnant, remuant, capitale culturelle pleine de couleurs et d’épices. C'est un lieu de vie, pétillant, innovant, qui se fâche, gronde mais donne le ton, que porte en lui le théâtre d’Hervé, d'Auber, d'Adam ou d’Offenbach. La compagnie a la volonté de faire redécouvrir à un large public ce répertoire, subtil mélange de musique et de théâtre, véritable pièce du patrimoine culturel parisien et rait d’union entre la culture populaire et la musique savante. La troupe souhaite ainsi se produire dans des lieux culturels divers, des théâtres qui ont vu naître ces oeuvres aux lieux d’habitude consacrés à la création contemporaine. Désireuse de partager ce patrimoine avec les plus jeunes, elle mène des actions pédagogiques auprès des enfants du quartier Amiraux-Simplon (Paris XVIIIe).

La compagnie des Frivolités Parisiennes est née de la passion de deux jeunes musiciens professionnels, Benjamin El Arbi et Mathieu Franot, pour le répertoire lyrique français romantique. Collègues d'orchestre depuis une dizaine d'années, chacun à l'origine de nombreux projets musicaux, ils décident en 2012 de fonder ensemble la compagnie des Frivolités Parisiennes.


SimonNicolas Simon direction musicale

Violoniste de formation, Nicolas Simon choisit rapidement de se consacrer à la direction d’orchestre. Ce « passeur », comme le décrit justement le critique Alain Cochard, qui cherche dans la musique la rencontre et le lien qui unit musiciens, compositeurs et auditoires, incarne l’esprit d’une nouvelle génération de chefs d’orchestre français. 

Chef associé de l’orchestre Les Siècles aux côtés de François-Xavier Roth, dont il a été précédemment l’assistant, Nicolas Simon participe aux orientations pédagogiques et artistiques de l’une des formations les plus demandées en Europe. Motivé par une curiosité insatiable, il fonde en 2000 Vibrations, ensemble instrumental à la tête duquel il se produit régulièrement en France et à l’étranger. De cet orchestre est né un ensemble novateur et ambitieux doté d’une dizaine de musiciens, La Symphonie de Poche, qui place les arrangements du répertoire orchestral au coeur de son projet, facilitant ainsi l’accès des grands chefs-d’oeuvre de la musique classique et des pages moins connues à tous les publics.

Cette saison, Nicolas Simon dirige l’Orchestre de Picardie, l’Orchestre de l’Opéra de Rouen, l’Orchestre National de Lorraine et, après le succès de leur tournée française au cours de l’été 2016 (Paris, Lyon et Aix-en-Provence), est de nouveau à la tête de l’Orchestre des Jeunes de la Palestine en mars 2016.

Les dernières saisons ont été marquées par des débuts avec l’Orchestre National de France (pour le programme de musique contemporaine, Alla Breve, en juin 2015). Il a également dirigé l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre d’Auvergne, l’Orchestre de Poitou-Charentes et l’Orchestre Régional de Cannes PACA ; et à l’étranger, le London Symphony Orchestra, le SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg et l’orchestre baroque de Durban, en Afrique du Sud.

Passionné par le répertoire lyrique, il s’associera dès la saison prochaine à la mezzo-soprano Isabelle Druet et au ténor Cyrille Dubois dans un programme qui rend hommage à l’opéra français du XIXème siècle, mêlant les grands airs connus aux pages plus rares de Chabrier, Offenbach, Delibes, Thomas, Bizet et Berlioz. Il collabore également en tant qu’assistant aux productions du Théâtre de Caen et du Grand Théâtre du Luxembourg (Idomeneo de Mozart, 2012), du Théâtre-Auditorium de Bordeaux (Salomé de Richard Strauss, 2013) et de l’Opéra Comique de Paris (Lakmé de Léo Delibes, 2014).

Nicolas Simon est directeur du festival Les Musicales de Normandie et s’investit sans compter dans le développement de la vie musicale du département de l’Aisne à travers l’Orchestre d’Harmonie Départemental qui associe jeunes, amateurs et musiciens des Siècles, l’Ensemble Instrumental de la Cité de la Musique de Soissons, et l’orchestre Demos Soissons. Depuis avril 2014, il est également le Directeur artistique de la Philharmonie du COGE (Choeurs et Orchestres des Grandes Ecoles de Paris).


SignoletEdouard Signolet mise en scène

Edouard Signolet s’est formé tout d’abord aux lettres modernes à l’université de Poitiers puis en tant que comédien au conservatoire national de région de Poitiers et intègre ensuite le Master II de mise en scène et dramaturgie de Paris X Nanterre.

Au théâtre, il mène la création de Main dans la main de Sofia Freden à Théâtre Ouvert en février 2008, puis en tournée en 2009. En mars 2010, il met en scène Pourrie, une vie de princesse et Le vélo de la même auteure à Théâtre Ouvert puis en Tournée en 2012 au CDN de Nancy et au CDN de Sartrouville.

En 2013 il écrit et met en scène au Studio Théâtre de la Comédie Française La Princesse au petit pois d’après Hans Christian Andersen édité aux éditions de l’Arche. En 2014 il est artiste associé à la saison de Théâtre Ouvert avec notamment la mise en scène de Nous qui sommes cent de Jonas Hassen Khemiri, la mise en espace de Buffles de Pau Miro et la mise en voix de Conte de pute de Laura Gustafsson.

Depuis 2013 il collabore avec la maison d’édition Lire c’est partir et met en scène deux spectacles jeunes publics Le Roman de Renart et L’Odyssée. Il collabore avec Jeanne Debost depuis 2006 pour des mises en scènes d’opéra, notamment une adaptation de la Cenerentola de Rossini, présentée au Théâtre Nanterre Amandiers, puis La Servante maîtresse de Pergolèse, création pour l’Orchestre de Basse-Normandie puis en tournée en région PACA avec le Café Zimmermann. En 2011, ils signent en co-mise en scène leur nouveau spectacle intitulé Shakespeare Notes. En 2012, ils signent la mise en scène de L'Orchestre c'est fantastique dirigé par Bruno Mantovani avec l'Orchestre de Paris. En 2015 ils mettent en scène Sorcières opéra électronique.

Il expérimente depuis 2009 de formes courtes d'opéras, pour deux chanteurs, un instrument et un comédien : ont déjà été présentée à la Cité de la musique, à la Salle Pleyel et au théâtre du Châtelet: La Flûte enchantée de Mozart, Carmen de Bizet, Didon et Enée de Purcell.

En 2016, Edouard Signolet écrit et met en scène Alice au pays des merveilles opéra jeune public en partenariat avec l’ONDIF et la Philharmonie de Paris, Pinocchio sur une musique de Laurent Petitgirard qui fera l’objet d’une édition en livre disque pour Didier Jeunesse et Les Eléments de Lalande et Destouches avec l’ensemble Les Surprises pour le festival de musique baroque de Potsdam en Allemagne.


BuendiaSandrine Buendia

Formée au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, la soprano Sandrine Buendia obtient, en 2012, le Premier Prix à l’unanimité du jury.

Elle participe à de nombreux festivals autour de la musique baroque : Vous avez dit baroque ? direction Sigiswald Kuijken au Théâtre du Châtelet, Concert baroque au festival Specs’n’arts artist management & promotions à Athènes. Elle aime aussi prendre part à des spectacles atypiques mêlant texte et musique : L’Organisation délicate (Journée Nationale des Droits de la Femme, au Sénat), Cruda Sorte e disinvoltura (médiation jeune public autour de Rossini, au Théâtre du Châtelet), Orlando : une musicographie… De ces projets naît une collaboration régulière avec la metteure en scène Emmanuelle Cordoliani.

Sur scène, Sandrine interprète les rôles de Abner dans Athalie de Moreau, Zweite Dame dans Die Zauberflöte, Giannetta dans L'Elisir d'amore, Marcellina dans Le Nozze di Figaro, La Bergère/La Pastourelle/La Chauve-souris/La Chouette dans L'Enfant et les sortilèges à la Salle Pleyel, Echo dans Echo et Narcisse de Gluck à la Cité de la Musique.

Pour la saison 2013, elle a intégré la première Académie de l’Opéra Comique à Paris ce qui l’amène à participer à de nombreux récitals autour de la mélodie française, de l’opérette, de l’opéra-comique, et, à jouer le rôle-titre de Cendrillon de Pauline Viardot à Paris, Reims et Quimper sous la direction musicale de Mireille Delunsch et la mise en scène de Thierry Thieû Niang.

Elle a également interprété le rôle-titre féminin dans Romeo & Julia, spectacle lyrique théâtral sur une musique qui intègre des réminiscences des opéras de Gounod, Bellini, Bernstein, Rota, aux Pays-Bas.

La saison 2014 a été ponctuée par sa prise de rôle de Méphisto dans Le Petit Faust de Hervé au Théâtre Déjazet avec Les Frivolités parisiennes sous la direction musicale de Julien Leroy et dans la mise en scène de Rémi Préchac, et par l'enregistrement de Lauretta dans le film-opéra Gianni Schicchi de Puccini aux Pays-Bas.

Pour la saison 2015, elle participe à la création La Jeune Fille sans mains sous la direction musicale de David Walter et dans la mise en scène d’Emmanuelle Cordoliani à l'Opéra de Dijon. Elle est Colombine et l'Opéra dans La Guerre des théâtres, spectacle musical avec des marionnettes à l'Opéra Comique.

Elle a le privilège de chanter à la Philharmonie lors du concert annuel de l'Orchestre National d'Ile-de-France Chantons avec l'Orchestre.

Sandrine bénéficie du soutien de la Fondation Meyer.


TassouMarion Tassou

Marion Tassou intègre la maîtrise de l'opéra de Nantes à l'âge de 9 ans où elle fait la découverte du répertoire lyrique et c'est tout naturellement qu'elle rentre au Conservatoire National de Région de Nantes dans la classe de Maryvonne Jaffré. Elle poursuit ses études de chant au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon dans la classe d'Isabelle Germain et Fabrice Boulanger où elle obtient en 2008 son prix avec mention très bien à l'unanimité et avec les félicitations du jury. Parallèlement, elle suit l'enseignement de personnalités musicales telles que Donatienne Michel-Dansac, Cécile de Boever et Alain Garichot ainsi que les classes de maître de François Leroux et Udo Reineman. Elle est membre de l'Académie de l'Opéra Comique durant la saison 2013/14.

En 2015, elle reçoit, avec le pianiste Yannaël Quenel, le prix de la mélodie contemporaine au Concours international d'interprétation de la mélodie française à Toulouse.

Passionnée de l'art vocal dans sa diversité, Marion Tassou explore toutes les possibilités expressives de la voix, de la musique ancienne au répertoire contemporain. Elle se produit notamment dans Le Carnaval et la Folie de Destouches (Vénus), Orphée et Eurydice (Eurydice) à Limoges. Idomeneo (Ilia) et La Vie parisienne (Pauline) à Montpellier, Don Giovanni (Zerlina) et Die Zauberflöte (Pamina) au Festival de Saint-Céré, Blanche de la Force (Dialogues des Carmélites) avec l'Atelier Lyrique des Pays de Savoie. En 2015, elle participe à la création mondiale de L'Autre hiver, un opéra de Dominique Pauwels, avec la compagnie LOD Muziektheater dans le cadre de Mons, Capitale européenne de la Culture. Cette production réussie est reprise par la suite à Anvers, Gand et Montpellier puis, en 2015/16, à Lille, Tarbes, Martigues, Amiens, Lisbonne, Otwasa et Montréal.

En 2015-2016, elle participe par ailleurs à deux créations d'opéra, avec l'Opéra Comique (un web-opéra intitulé Le Mystère de l'écureuil bleu) et avec LOD Muziektheater (autour de Jérôme Bosch).

En concert, Marion Tassou s'est récemment produite dans le Requiem de Fauré à Cologne avec le Gürzenich Orchester sous la direction de François-Xavier Roth, dans Béatrice et Bénédict (Héro) au Festival Berlioz à La Côte-Saint-André avec Les Siècles et François-Xavier Roth, dans Tamerlano (Irène) au Festival de Poznan avec Les Ambassadeurs et Alexis Kossenko, dans Le Messie de Haendel avec l'Ensemble Matheus et Jean-Christophe Spinosi. Elle chante régulièrement Pierrot lunaire de Schönberg et entretient une collaboration fidèle avec le Quatuor Ebène.


PoulakisRémy Poulakis

Rémy Poulakis commence à 6 ans sa formation musicale à l’école de son père, Alain Poulakis, avec l’accordéon. Ses études le mènent : successivement à l’école nationale de musique de Saint-Etienne où il étudie l’écriture, l’analyse. Il obtient en 1998 la Médaille d’or en accordéon de concert, mention très bien à l’unanimité et félicitations du jury, puis un prix de perfectionnement en 1999, au conservatoire national de Lyon. Il s’intéresse également au piano qu’il débute à 11 ans à l’Ecole Nationale de Musique du Puy en Velay pour rentrer en 1997, au CNR de Lyon, dans la classe de M. Soler. Il obtient son Diplôme de Fin d’Etude mention très bien dans cette discipline.

En 1998 son intérêt pour le chant le mène quelques temps dans la classe de Mme Nicolas puis très vite sa rencontre avec Evelyne Brunner le pousse plus loin dans la maîtrise de cet art.

S’en suivent alors de nombreux concerts lors desquels il interprète divers rôles comme le Chevalier de la Force (Dialogue des carmélites), Alfredo (Traviata), Ferrando (Cosi fan tutte), le Duc de Mantoue (Rigoletto), Pinkerton (Madama Butterfly)… ; ainsi que de nombreux oratorios souvent sous la direction d’Eric Reynaud ou encore Philippe Peatier.

Récemment, il a interprété aux côtés de Mina Agossi des extraits de Porgy and Bess au chant mais aussi à l’accordéon sous la direction de Nicolas Bianco (commande de l’opéra de Lyon). En 2010 et 2011, il interprète Le Renard de Stravinsky pour la compagnie d’art lyrique Justiniana, le duc de Mantoue pour Almaviva à Lyon, Don Jose pour La Fabrique Opéra à Grenoble sous la direction de Patrick Souillot. Il participe également à la création d’un spectacle autour de Shakespeare pour la compagnie Opéra 3. En 2012, il chante Radames dans Aida de Verdi pour La Fabrique Opéra sous la direction de Patrick Souillot, Rita ou le mari battu de Donizetti, Don José dans l’adaptation de Carmen de Bizet pour Les Concerts de Poche, Monostatos dans La Flûte enchantée de Mozart…

Trop amoureux de musique pour se consacrer uniquement au chant ou à l’accordéon ou encore au piano, il multiplie les projets et styles musicaux (Amachao – quartet de jazz, Elouna – duo chansons italiennes et tango, Bal des Cousins – création d’un bal décalé, trio Barolo, Impérial Orphéon…) qui lui permettent d’exprimer toutes les facettes de sa personnalité.


DumoraJean-Baptiste Dumora

Soliste dès l’âge de douze ans au sein d’un choeur d’enfants, Jean-Baptiste Dumora poursuit sa formation à Vichy puis à Lyon au Conservatoire National de Région et au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse. Il débute sa carrière professionnelle peu de temps après en intégrant l’Atelier Lyrique puis la troupe de l’Opéra National de Lyon. Il y travaille avec José Van Dam, François Le Roux, Andreas Schmidt, Anthony Rolfe-Johnson, Howard Crook...

Entre 1991 et 1998, il aborde de nombreux rôles à Lyon, à l’Opéra-Comique, à l’amphithéâtre de l’Opéra Bastille, au Festival de Verbier (Papageno dans Une Petite Flûte Enchantée, Le Père dans Hänsel et Gretel, Moralès dans Carmen, Junius dans Le Viol de Lucrèce de B. Britten, Zaretsky dans Eugène Onéguine, Ben dans Le Téléphone de Menotti, etc.) ainsi que dans des créations  contemporaines (Thésée dans Dédale de Hugues Dufour, Riccardo dans La Station Thermale de Fabio Vacchi ou encore Marcel Renard dans Pinocchio de Sergio Menozzi). Il travaille sous la direction de chefs tels que Kent Nagano, John Nelson, Yuri Temirkanov, etc.

Plus tard, Jean-Baptiste collabore avec l’Arcal et Christian Gangneron pour Pollux dans Castor et Pollux de J.-Ph. Rameau, l’Ami dans Le Pauvre Matelot de Milhaud et Guglielmo dans Cosi fan tutte, rôle qu’il reprend ensuite dans une mise en scène de Michel Fau et sous la direction de Jean-François Verdier. Plus récemment, on a pu l'entendre au Châtelet à Paris et en Italie à Lecce dans le rôle de Gabriel du Zazie de Matteo Franceschini. Il a aussi été Agamemnon dans La Belle Hélène de l'Opéra de Rennes. Il se produit également avec des ensembles spécialisés dans la musique baroque : Les Talents Lyriques, Les Paladins, Amarillis, Stradivaria, Les Nouveaux Caractères, XVIII-21, Les musiciens du Bach Collegium Japan avec lesquels il a interprété le rôle-titre de l’Orfeo de Monteverdi au Japon.

Au concert, son répertoire inclut les Passions et Cantates de Bach, les Requiem de Mozart, Fauré, Duruflé, Brahms, La Création de Haydn ou encore L’Enfance du Christ de Berlioz. La musique de chambre, la mélodie et le lied font partie intégrante de la vie musicale de Jean-Baptiste ; il s’est notamment produit dans les Rückert Lieder de Mahler avec l’ensemble instrumental de Basse-Normandie ainsi que dans La Bonne Chanson de Fauré avec le Quatuor Debussy. Il travaille également en compagnie des pianistes Bruno Robillard, Hélène Lucas, Stéphane Petitjean, Mathieu Grégoire et notamment Didier Puntos pour l’enregistrement de la première intégrale des mélodies d'André Messager paru chez Séléna.

Il vient d’enregistrer une version du Winterreise orchestrée pour lui et dirigée par François Bernard avec La Capella Forensis.


DubrocaMathieu Dubroca

Né en 1981, Mathieu Dubroca commence ses études musicales à l’âge de 5 ans mais c’est en 1996 qu’il intègre le Conservatoire Nationale de Bordeaux dans la classe de basson ; il obtient un premier prix en 2001. C’est en parallèle à ses études instrumentales qu’il commence le chant dans la classe d’Irène Jarsky, toujours au CNR de Bordeaux. Très vite, il intègre l’atelier lyrique du conservatoire et

fait ses premiers pas sur scène : Cosi fan tutte de Mozart, The Medium de Menotti, Il Ritorno d’Ulisse in patria de Monteverdi, L’Ivrogne corrigé de Glück…

Il poursuit ses études au conservatoire de Paris et obtient son diplôme en 2007. Sur scène il aborde le grand répertoire lyrique, notamment dans Thaïs de Massenet sous la direction de C.Eschenbach au théâtre du Châtelet ou encore L’Italienne à Alger de Rossini. En 2013 il est artiste invité pour une saison au Stadttheater de Koblenz où il participe à plusieurs productions dont la création allemande de l’ouvrage Les Boulingrins de G. Aperghis dans le rôle titre. Plus récemment, on a pu l’entendre avec l’ensemble Le Balcon dirigé par Maxime Pascal ou bien avec la compagnie Manque pas d’Air dirigée par Alexandra Lacroix pour le spectacle Et le coq chanta…. à l’Athénée Louis-Jouvet.

Dans le répertoire de chambre il se produit régulièrement aux côtés de la pianiste Hélène Peyrat avec qui il donne plusieurs récitals aussi bien dans le lied (Schubert, Schumann,…) que la mélodie française (Ravel, Poulenc, Faure,…).

Il se produit également aux côtés du quatuor Voce à plusieurs reprises. Mathieu Dubroca est membre de l’ensemble Accentus dirigé par Laurence Equilbey ainsi que de l’ensemble Les Cris de Paris dirigé par Geoffroy Jourdain, deux ensembles au sein desquels il participe à de nombreux concerts et enregistrements.